suspecter

suspecter

suspecter [ syspɛkte ] v. tr. <conjug. : 1>
• v. 1500, repris 1726; de suspect
Tenir pour suspect (qqn, qqch.). incriminer, soupçonner (cf. Mettre en cause, en doute). REM. Suspecter est nettement plus péj. que soupçonner. « Delhomme déclarait que le tirage avait eu lieu honnêtement, et Grosbois, très blessé, parlait de s'en aller, si l'on suspectait sa bonne foi » (Zola). Suspecter qqn de qqch., de faire qqch. Il est suspecté de sympathies anarchistes, d'être proche du pouvoir. Pronom. « On se blâme, on s'accuse, on se suspecte » (Diderot).

suspecter verbe transitif (latin suspectare, regarder en haut) Avoir des raisons de croire quelqu'un coupable d'un acte condamnable : On le suspectait d'avoir commis des indélicatesses. Mettre en doute l'authenticité, la réalité de quelque chose : Suspecter l'honnêteté d'un partenaire. Présumer fortement : Je suspecte quelque machination là-dedans.

suspecter
v. tr. Soupçonner, tenir pour suspect.

⇒SUSPECTER, verbe trans.
A. — 1. Suspecter qqn. Porter ses soupçons sur quelqu'un; éprouver de la défiance à l'égard de quelqu'un, de son comportement. Voilà comme tu es, Paturot, s'écriait-il, un sceptique, un vil sceptique! Ô industriels! Vous ne savez que vous défier! (...) Suspecter la princesse palatine, oh! Jérôme!!! (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 188). Il ne suffit pas que les juges soient irréprochables, il faut encore qu'ils ne puissent pas être suspectés (Civilis. écr., 1939, p. 44-5).
2. [Le compl. désigne qqc. d'abstr.]
a) Mettre en doute des valeurs positives, des qualités; les diminuer, les nier; introduire un soupçon dans quelque chose. Suspecter la bonne foi, l'honnêteté de qqn; suspecter la parole, le témoignage de qqn. Blâmez mon inexpérience, mais ne suspectez pas mes intentions... Les bonnes intentions procèdent ouvertement. Or vos façons d'agir sont équivoques (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 233). Les longs entretiens de l'oncle [Raymond de Poitiers] et de la nièce [Aliénor] pouvaient certes s'expliquer (...), mais à tort ou à raison Louis suspecta la nature de ces entrevues. De fait, Alénior était coquette, légère et déjà fatiguée de son époux (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 170).
b) Pressentir, conjecturer l'existence de. Suspecter la malhonnêteté, le vice. « Monte près de moi, » dit le suffète, suspectant quelque fraude (FLAUB., Salammbô, t. 1, 1863, p. 66).
MÉD. Pressentir, supposer l'existence d'une maladie. L'examen du fond d'œil, électroencéphalogramme, ponction lombaire (...) seront indispensables si une lésion centrale ou cérébrale est suspectée (QUILLET Méd. 1965, p. 366).
B. — Suspecter qqn, qqc. de + compl. subst. ou inf. Tenir pour suspect.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne qqn] La police suspecte deux individus d'être les auteurs du crime de Châtillon-sur-Seine (Combat, 19-20 janv. 1952, p. 8, col. 7).
Plais. Jamais l'intimité n'avait été entre eux assez grande pour qu'il pût suspecter Edmond d'un sentiment humain (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 346).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne qqc.] Il ne faut point initier les serviteurs, quelque estimables et respectables qu'ils soient, à des détails trop délicats d'intérêt ou de sentiment. Je ne crois pas que, de ma part, cette restriction puisse être suspectée de préjugé aristocratique ni de morgue dans le caractère (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 436). Un cours d'exégèse où chaque verset des synoptiques était épié, sapé, suspecté d'interpolation (MAURIAC, Chair et sang, 1920, p. 209).
Rem. Suspecter/soupçonner: ,,Très souvent, les deux mots sont pris l'un pour l'autre. Mais uniquement lorsqu'on soupçonne (ou suspecte) quelqu'un d'une faute ou d'un crime. Quand l'objet du soupçon n'a rien de peccamineux, on dit toujours soupçonner: Je soupçonne (et non je suspecte) Paul d'aimer Jeanne en secret. En outre, seul suspecter peut être suivi d'un inanimé avec le sens de « tenir pour suspect »: je suspecte son honnêteté, sa bonne foi. Avec soupçonner, on dirait: je soupçonne son honnêteté d'être feinte`` (DUPRÉ 1972).
Prononc. et Orth.:[], (il) suspecte [-]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. 1532 « tenir pour suspect » suspecter (qqn) (PIERRE DESREY, Mer des chron., fol. 225 v° ds DELB. Notes mss); 1726 terme de Palais (DESFONTAINES, Dict. néol. d'apr. G. von PROSCHWITZ ds St. Neophilol. t. 27, p. 236); 1788 suspecter (qqn) de fraude; d'être en correspondance secrette avec l'ennemi (FÉR. Crit.), encore rare au XVIIIe s.; 2. 1783 suspecter (qqc.) « mettre en doute » (Corr. litt. secr., n° 41, 8 oct. d'apr. G. von PROSCHWITZ, loc. cit.: suspecter l'extrême fidélité de...). Soit dér. de suspect; dés. -er; soit empr. au lat. suspectare « soupçonner ». Fréq. abs. littér.:171.

suspecter [syspɛkte] v. tr.
ÉTYM. 1515; repris 1726; avec un compl. n. de chose, 1798; de suspect.
1 Tenir pour suspect qqn (→ Remonter, cit. 15) ou qqch. (→ Malade, cit. 22). Cause (mettre en), doute (mettre en), incriminer.
REM. Suspecter est nettement plus péjoratif que soupçonner et marque une défiance ou un doute que le sujet tient pour légitimes.
Pron. || Se suspecter mutuellement.
1 (…) aussitôt qu'on s'est permis de disposer à son gré des idées de justice et de propriété (…) on se blâme, on s'accuse, on se suspecte, on se tyrannise, on est envieux, on est jaloux (…)
Diderot, Suppl. au voyage de Bougainville, III.
2 (Av. 1830). Mettre en doute l'existence de (un sentiment, une intention louable).
2 Delhomme déclarait que le tirage avait eu lieu honnêtement, et Grosbois, très blessé, parlait de s'en aller, si l'on suspectait sa bonne foi.
Zola, la Terre, I, IV.
Suspecter (qqn, qqch.) de… || On le suspecte de diverses indélicatesses, d'avoir fait… Soupçonner.
——————
suspecté, ée p. p. adj.
|| Les activités suspectées. || Les personnes suspectées, suspectées de trahison, d'avoir trahi.
CONTR. Fier (se).
DÉR. Suspectable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Suspecter — Sus*pect er, n. One who suspects. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • suspecter — (su spè kté) v. a. Tenir pour suspect. On l avait suspecté d hérésie. Suspecter la fidélité d un domestique. REMARQUE    Suspecter pour dire soupçonner est un terme de palais. Nos modernes s en servent communément et écrivent suspecter, ne… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SUSPECTER — v. a. Soupçonner, tenir pour suspect. Je suspecte fort la fidélité de ce domestique. On suspectait sa doctrine, ses moeurs. On reconnut qu on l avait suspecté à tort. SUSPECTÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SUSPECTER — v. tr. Soupçonner, tenir pour suspect. Je suspecte fort la fidélité de ce domestique. On suspectait sa doctrine, ses moeurs. On reconnut qu’on l’avait suspecté à tort …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • suspecter — n. one who suspects, one who believes another guilty of a crime or wrongdoing …   English contemporary dictionary

  • suspecter — sus·pect·er …   English syllables

  • suspecter — vt. => Soupçonner, Flairer …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • suspecter — səˈspektə(r) noun ( s) : one that suspects …   Useful english dictionary

  • soupçonner — [ supsɔne ] v. tr. <conjug. : 1> • 1225; de soupçon 1 ♦ Faire peser des soupçons sur (qqn). ⇒ suspecter. Loc. prov. La femme de César ne doit pas même être soupçonnée, se dit d une personne qui doit se garder de tout ce qui pourrait attirer …   Encyclopédie Universelle

  • soupçon — [ supsɔ̃ ] n. m. • 1564; sospeçonXIIe; bas lat. suspectio, class. suspicio 1 ♦ Conjecture qui fait attribuer à qqn des actes ou intentions blâmables. ⇒ suspicion. Il est au dessus, à l abri de tout soupçon : son honnêteté, sa bonne foi ne peuvent …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”